FAQ  ¤  Profil  ¤   Groupes  ¤   Membres  ¤   Rechercher  ¤  De/Connexion  ¤   S'enregistrer
 
 [vaccin H1N1] chercheuse labo Pierre Fabre à lire Sujet suivant
Sujet précédent
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Auteur Message
jupiter


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2009
Messages: 66
Localisation: sud ouest

MessagePosté le: Ven 4 Déc - 13:21 (2009) Répondre en citantRevenir en haut

: http:​/​/​www.​hoaxbuster.​com/​hoaxliste/​hoax.​php?​idArticle=​81039




[vaccin H1N1] chercheuse labo Pierre Fabre
Type : Désinformation
Statut : Faux Faux
En circulation depuis : Décembre 2009


DÉSINFORMATION - [vaccin H1N1] Une source sûre

Une femme l'affirme, le vaccin contre le grippe A est super méga dangereux ! Et c'est pas pour de faux, même qu'elle tient ses info d'une source sûre.

-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​
Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !
-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​

Rempli de fausses affirmations et d'exagérations des faits, le message de cette "chercheuse en labo" contribue à alimenter la psychose anti-vaccin qui sévit dans le monde francophone et chez les personnels de santé.

Sans chercher à aller dans un sens ou dans l'autre, il est intéressant d'examiner chacun des points à la lumière de faits établis et vérifiables par tous.

Tout d'abord, difficile d'affirmer que ce message en circulation provient bien d'une chercheuse en laboratoire (n'importe qui peut dire ce qu'il veut et personne n'est obligé de croire une telle déclaration sur parole). En revanche, il est assez facile d'affirmer que les laboratoires Pierre Fabre ne sont pour rien dans cette histoire. Ils ne sont d'ailleurs même pas concernés par la fabrication et/ou la commercialisati​on des vaccins mis en cause. A ce titre, ils ont publié un petit communiqué afin d'établir leur point de vue :
"Les laboratoires Pierre FABRE rappellent qu’ils suivent les recommandations​ du gouvernement français en la matière, les ont relayées auprès de leurs collaborateurs et ne peuvent d’aucune manière cautionner les propos tenus par un soit-disant collaborateur.​"​

Tous les médecins sont contre la vaccination ?
Non, loin de là (on parle de 50%). Les généralistes sont surtout mécontents d'être exclus du plan de vaccination, comme le rappelle Michel Chassang, président de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) dans Le Monde :
"Il faut vacciner un maximum de gens tout de suite pour freiner la pandémie. Les médecins qui travaillent dans les centres de vaccination sont volontaires mais pas bénévoles. Chaque heure est facturée l'équivalent de 3 consultations, tarif auquel s'ajoutent les salaires des infirmières, des personnels administratifs chargés de l'accueil et de l'orientation, ainsi que les charges liées à l'utilisation des infrastructures​.​ Combien coûtent réellement ces '​vaccinodrômes'​ ? Je serais curieux de le savoir"

Le vaccin est un vaccin "vivant" ?
C'est absolument faux !
Les vaccins contre la grippe (saisonnière ou H1N1) sont inactivés. Le vaccin A (H1N1) 2009 est produit soit sur des oeufs (​GlaxoSmithKline​,​ Novartis etc.) soit sur des cultures cellulaires (Baxter, Novartis). Il est en-suite inactivé (tué) pour récupérer les protéines de la surface du virus – celles contre lesquelles les défenses immunitaires doivent être dirigées [source infovac].

Si le vaccin était "vivant" (cf. vaccin contre la varicelle), il ne pourrait être administré aux personnes recevant des traitements immuno-​suppresseurs (personnes greffées par exemple) ou aux femmes enceintes par exemple, or, ces personnes sont actuellement vaccinées en priorité (catégories à risque).

Le vaccin contient du mercure à fortes doses pour le booster ?
Partiellement vrai / Globalement faux.
Les vaccins contiennent effectivement du Thiomersal, composé à base de d'ethylmercure en très faible quantité (25-50 ug /dose). Ce composé permet de prévenir la contamination bactérienne des vaccins (notamment dans le cas d'utilisations d'un seul flacon pour plusieurs vaccinations) ainsi que leur stabilité. Il n'est donc pas ajouté à fortes doses et ne permet en aucun cas de "booster" le vaccin (contrairement au squalène, dont il n'est bizarrement pas fait mention dans ce hoax). A ce jour, aucun autre composant n'a montré autant d'efficacité.

Il n'est sans doute pas inutile de rappeler que de nombreux aliments consommés quotidiennement​ dans nos assiettes contiennent également du mercure (sous forme de methylmercure, beaucoup plus nocif que l'​ethylmercure)​,​ notamment certains poissons, sans créer de polémique planétaire, ce qui, pour le coup est regrettable.

Aucun recul sur les effets secondaires et indésirables à long et moyen terme de ce produit ?
Vrai - A relativiser !
C'est le point d'​interrogation concernant ces vaccins. Le site infovac précise toutefois que "les vaccins contre la grippe A(H1N1)v ont subi exactement les mêmes procédures de contrôle que ceux contre la grippe saisonnière - et ont été testés chez bien plus de personnes". En effet, contrairement à une idée reçue, les vaccins ont bien été soumis à l'ensemble des tests prévus avant mise sur le marché (et leur formule, utilisée depuis 1997 pour la vaccination de la grippe saisonnière a été injectée à 22 millions de personnes). Ces tests ayant toutefois été menés plus rapidement, les laboratoires ont jugé utile de demander une exonération de responsabilité (voir point suivant). En l'absence de recul, il est important de signaler qu'il n'est pas possible d'exclure un risque rare (1 à 10 par million) d’effets indésirables inhabituels ou graves. Ce risque est cependant beaucoup plus faible que le risque de complications de la grippe A H1N1 (2-3 pour cent).

Les labos ont signé une décharge qui les couvrent en cas de complications dues aux injections de ce vaccin ?
Vrai. A relativiser !
Le site Rue89 nous confirme qu'en effet "les laboratoires n'auraient pas à supporter la charge financière d'éventuelles condamnations"​.​ Commandés dans l'urgence, les vaccins ont été préparés dans l'urgence. L'état français acceptant cette donnée et ayant signé cet accord, il devient de son ressort d'endosser les éventuelles responsabilités​ (la possibilité de recours juridique en cas de complications non prévues fait d'ailleurs partie des clauses à lire et signer avant la vaccination).

Et le syndrôme de Guillain-Barré ?
En principe faux. Non prouvé ni dans un sens, ni dans l'autre.

Tout d'abord un peu d'histoire. Les symptômes du syndrome de Guillain-Barré ont été décrits pour la première fois en 1859, par Jean Landry. Et c'est en 1916 que Guillain, Barré et Strohl ont mis en évidence l'anomalie caractéristique​ d'une augmentation des protéines du liquide céphalo-​rachidien avec numération normale des cellules chez deux soldats avec paralysie généralisée transitoire. A cette époque, on est encore loin de toute vaccination à grande echelle de la population.

Les données scientifiques établies montrent clairement que quelle que soit la situation sanitaire (vaccination ou non), il y a en moyenne 1500 cas de syndrôme de Guillain-Barré en France chaque année (soit 4 cas par jour). Lors d'une campagne de vaccination massive, il est fort probable qu'une ou plusieurs personnes soient victimes d'un SGB alors qu'elles venaient de se faire vacciner récemment. Par exemple, au moment du cas de SGB déclaré par une infirmière qui venait de se faire vacciner, il aurait été judicieux que les médias parlent également des autres cas de SGB déclarés le même jour (et donc, non vaccinés). Mais ils ont choisi de n'exposer qu'un seul cas... et de ne pas mener d'enquête à ce sujet.

La question d'une relation vaccin / syndrome date de 1976 et remonte à une vaccination suite à l'infection de soldats américains par des virus grippaux porcins (déjà !). Suite à cette épidémie, 48 millions d'américains ont été vaccinés. Cette campagne a été accompagnée d'un système exceptionnel de vaccino-​vigilance intensive, incitant les soignants et la population à signaler tous les effets néfastes possibles de cette vaccination. La campagne a été brutalement interrompue le 16 décembre 1976, en raison d’une augmentation suspecte du nombre de déclarations de SGB.

En fait, il est apparu peu après que le nombre des cas de SGB chez les vaccinés (517) correspondait à ce qui était attendu (513) compte tenu de l’incidence habituelle des SGB, hors plan de vaccination exceptionnel [source GROG].

Il n'est sans doute pas inutile de préciser que le Syndrôme de Guillain-Barré peut notamment apparaître après une infection virale respiratoire (vous avez dit, grippe A ?) ou gastrointestina​le.​

Une vaccination prioritaire pour les personnels de santé, les femmes enceintes et les enfants ?
Vrai ! Aucun doute possible.
Et on pourrait même rajouter d'autres catégories de personnes à risques pour qui la grippe H1N1 représente un danger encore plus grand ! Protéger au maximum les personnes à risques est même la principale raison d'un plan de vaccination contre une épidémie (sans parler d'une pandémie).

La vaccination des personnels de santé est essentiellement​ motivée par une protection maximale des patients, malades, consultants. Les médecins, infirmer(e)s, aide-​soignant(​e)​,​ puéricultrice, sage-femmes, etc... étant toutes et tous en contact quotidien et rapproché avec des personnes affaiblies, à risques, voire malades ou même non vaccinables. Il serait vraiment ballot d'attraper la grippe à l'hôpital ou chez son médecin... et d'en mourir. Bien entendu, comme pour tout autre individu, le choix de la vaccination ou non demeure personnel.

On imagine le carnage ?
On peut oui...

=> Vaccination
Hypothèse haute estimée : 1 complication grave pour 100.000 vaccinés.
Hypothèse basse estimée : 1 complication grave pour 1 million vaccinés
[sans parler de mort]

=> Grippe A H1N1
Hypothèse basse estimée : 1 mort pour 10.000 cas.
Hypothèse haute estimée : 1 mort pour 100 cas est évoqué par les épidémiologiste​s
[cette fois, sans parler de complications graves]

A chacun de voir où est le carnage, en effet.


Publicité






MessagePosté le: Ven 4 Déc - 13:21 (2009) Revenir en haut

PublicitéSupprimer les publicités ?
jupiter


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mar 2009
Messages: 66
Localisation: sud ouest

MessagePosté le: Ven 4 Déc - 13:33 (2009) Répondre en citantRevenir en haut

une autre version


[vaccin H1N1] Neurochirugien réputé à lire


http:​/​/​www.​hoaxbuster.​com/​hoaxliste/​hoax.​php?​idArticle=​81053



[vaccin H1N1] Neurochirugien réputé
Type : Désinformation
Statut : Du vrai, du faux Du vrai, du faux
En circulation depuis : Novembre 2009


DÉSINFORMATION - Ce bon docteur Blaylock

Un neurochirurgien​ réputé vous envoie un message d'alerte contre le vaccin de la grippe H1N1. Bon... un de plus. Mais que cache t-il donc exactement ?

-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​
Vous aimez HoaxBuster ? Adoptez-le pour 1 euro !
-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​-​

Russell Blaylock, puisque c'est lui le désormais célèbre neurochirurgien​ réputé, fait un véritable carton sur le web francophone.

Son message est un véritable cri d'alerte anti vaccination. En lieu et place du vaccin, il préconise une bonne dose de vitamine D3, qu'on pourra augmenter en cas de besoin.

Pour lui, pas de doute, le problème c'est l'adjuvant et plus précisément le squalène. Il n'hésite pas à l'accuser de tous les maux [sclérose en plaques - arthrite rhumatoïde - lupus - syndrome de la Guerre du Golfe qui a tué plus de 10.000 soldats - maladie de Lou Gehrig].

Bien entendu, ce sont des affirmations à prendre telles quelles. Aucune étude ne venant corroborer aucun de ses dires, il s'agit donc de lui faire aveuglément confiance (normal, c'est un neurochirurgien​ réputé). Pourtant, selon l'OMS, pas moins de 22 millions de doses de vaccins antigrippe contenant du squalène ont été administrées depuis 1997, sans constater de problèmes autres que quelques réactions locales modérées. Et 12 ans de recul... Ce n'est tout de même pas rien.

Nul doute cependant que certains objecterons que l'OMS est à la solde des laboratoires pharmaceutiques​,​ c'est effectivement une hypothèse. Seulement voilà, il est impossible de trouver une quelconque source scientifique crédible venant appuyer le discours de notre neurochirurgien​ réputé, aucune étude sérieuse, rien (et pourtant on a fouillé, fouillé et encore fouillé) ! On trouve un nombre faramineux de remontées google dénonçant le fameux adjuvant, mais aucune qui n'amène plus de preuves que notre bon vieux Russell. Tout se passe donc comme s'il suffisait d'en être convaincu pour que ce soit vrai.

Il faudra donc faire confiance, soit aux scientifiques ayant mené des études scientifiques démontrant non seulement l'innocuité du produit MF-59, mais également son efficacité dans un cadre vaccinal, soit aux personnes affirmant que le squalène est dangereux.

Précisons qu'en ce qui concerne la responsabilité du squalène dans les cas de "syndrome de la guerre du golfe", il est pour le moins osé d'en faire mention. En effet, si le squalène a bien été un temps soupçonné (en tant qu'adjuvant du vaccin contre l'anthrax), il a été démontré (lien vers pdf puis recherche sur squalene) que les vaccins anti-anthrax administrés aux soldats n'en contenaient pas une seule goutte ! Ce que ce garderont bien de dire l'ensemble des défenseurs acharnés de la non-​vaccination.​

A propos de notre vénérable neurochirurgien​,​ il n'est peut-être pas inutile de préciser que Russell Blaylock est effectivement neurochirurgien​.​.​.​ à la retraite. Il occupe désormais son temps entre :

- ses activités commerciales consistant à vendre des pilules nutritives permettant notamment de lutter contre les maladies d'Alzheimer et de Parkinson,

- ses activités professorales auprès de la célèbre Université de Belhaven College. Dont le slogan est "Our Standard is Jesus" [notre standard est Jesus] et dont la "mission" est de "préparer académiquement et spirituellement​ les étudiants à servir Jesus dans leurs futures carrières ainsi que dans leurs relations humaines". Tout un programme.

- ses activités associatives auprès de l'AAPS
L'AAPS est une association de chirurgiens et médecins américains. Voici quelques-unes de ses positions :
- Opposition à tout plan de vaccination
- Opposition à toute forme de couverture sociale (même par assurance privée)
- Opposition à l'avortement

Et quelques-uns de ses préceptes :
- L'avortement prédispose la future mère à accoucher prématurément de bébé déficients cérébraux,
- Le style de vie d'un homosexuel raccourcit sa vie de vingt ans, au moins,
- Barrack Obama a utilisé des techniques d'hypnose pendant sa campagne,
- Les humanistes ont fomenté un complot visant à remplacer la théorie de la Création, selon Jehova au profit de la théorie de l'Evolution,
- Le CO2 dans l'atmosphère n'est pas la cause du réchauffement climatique
- Le VIH ne donne pas le SIDA

Voici donc ce qu'est Russell Blaylock, neurochirurgien​ réputé. Charge à chacun de se faire sa propre opinion sur le degré de crédibilité du monsieur.

Précisons tout de même que son explication concernant le virus H1N1 et la "tempête de cytokines" qu'il provoque est tout à fait exacte ! Toutefois, cette "tempête" ne peut pas avoir lieu chez la personne immunisée... ou vaccinée. En conséquence, dès lors que cette "tempête de cytokines" n'est provoquée que par deux virus connus (le H1N1 de 1918 et le H5N1 HP), nous ne sommes pas loin de penser qu'il s'agit plus d'un argument en faveur du vaccin que contre celui-ci.

Pour conclure, un point rapide sur la vitamine D3. Pour la grippe A, rien n'est sûr, mais par contre, son utilité protectrice est de plus en plus reconnue dans bien des domaines.
Rien de particulier à en dire donc... Sinon que ce bon docteur Blaylock préconise des doses très largement excessives selon les recommandations​ communément admises (jusqu'à 15.000 UI jour). Les dernières études montrent qu'un adulte peut tolérer un maximum de 10 000 UI jour, au-delà les risques d'insuffisance rénale et/ou cardiaque sont réels (évidemment, dans ces conditions, le "plus la dose de vitamine D3 est élevée, meilleure la protection" du Dr Blaylock ne se commente même pas, tout le monde aura compris).


Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:47 (2018) Revenir en haut

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


 Sauter vers:   



Sujet suivant
Sujet précédent

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001/3 phpBB Group :: Dgf Parchemin ::
Traduction par : phpBB-fr.com
Create by dagonfield genesis ::